Eco-rah
Le chemin naturel
Accueil
A propos de
Produits
Documentation
Séminaire et Salon
Pour Commander
La soie
Le chanvre
Le coton
Le lin
La laine
Les produits de lessive
La cosmétique spagyrique
Le coton

Le coton est une fibre végétale qui entoure les graines de cotonnier (gossypium). Sa fibre est principalement utilisée pour fabriquer des tissus.

La plante

Au point de vue botanique, les cotonniers font partie des malvacées, mais nous les trouvons sous différents aspects, suivant les régions : herbacée (50/60 cm de haut) en Arabie, Perse, Chine et surtout Egypte; arbuste (1/1.5 m) en Amérique du Nord; arborescent (3 m et plus) dans les Indes.

A la floraison apparaissent des grandes fleurs blanches ou jaunes à 5 pétales. Ensuite, des capsules aux parois épaisses et rigides se développent. Lorsque ces dernières s'ouvrent, elles laissent s'échapper des graines et des bourres de coton recouvertes d'une houppe de fibres blanchâtres et soyeuses pouvant mesurer entre 2 et 5cm selon les variétés.

Les variétés de coton les plus connues sont:

- le gossypium hirustum (80 % de la prduction mondiale),

- le gossypium arboreum,

- le gossypium barbadense,

- le gossypium herbaceum.

La récolte

Lorsque les capsules ont éclaté, le duvet s'épanouit et la récolte peut commencer. On recueille à la fois la graine et le duvet, qui seront séparés par l'opération mécanique de l'égrenage. La récolte manuelle des capsules permet de sélectionner les duvets mûrs uniquement, alors que la récolte méchanique englobe également fibres immatures ou mortes, feuilles et parties de capsules. Le duvet est ensuite envoyé vers les usines de filature.

Un fil de coton de qualité doit être résistant, élastique, fin, de belle couleur et surtout régulier. La fibre doit être suffisamment longue. C'est le cotonnier herbacé (50/60 cm) qui donne la plus belle fibre.

L'histoire

Certaines recherches affirment qu'il est probable que les Egyptiens connaissaient le coton plus de 12000 ans avant l'ère chrétienne et des fragements de tissus vieux de 7000 ans on été retrouvés au Mexique. La plus ancienne trace écrite provient d'Inde où le coton y est cultivé depuis plus de 3000 ans.

Le nom "coton" provient l'Arabe (el kutun).

L'utilisation industrielle du coton se développa à Barcelone dans le courant du XIV ème siècle. Ce n'est qu'en 1569 que la première balle de coton entra en Angleterre; à cette époque, Bruges et Gand étaient déjà célèbres par leurs tissus de coton. C'est en Angleterre, deux siècles plus tard, que les premières machines à filer le coton virent le jour.

Malgré l'apparition de fibres synthétiques, le coton continue à être une fibre textile végétale la plus appréciée et largement utilisée. Aujourd'hui, une autre menace voit le jour: la production de coton génétiquement modifié.

Le coton conventionnel, déjà problématique

En effet, pour lutter contre ses ravageurs, la culture du coton nécessite d'énorme quantités de pesticides/insecticides, ce qui affecte:

- la santé des hommes,

- la fertilité des sols,

- la qualité de l'eau.

Ainsi, 24% des pesticides vendus dans le monde sont destinés à cette culture, alors qu'elle ne représente que 2,4 % de la surface agricole mondiale. C'est la culture la plus polluante de la planète.

Le coton OGM, un vrai problème

Le coton génétiquement modifié ou coton Bt a été adapté de telle sorte qu'il produise lui-même son propre insecticide, une protéine de la bactérie Bacillus thuringensis (Bt). Pour s'avérer rentable, sa culture requiert beaucoup d'eau et d'engrais. Ses graines sont stériles.

En conséquence:

- L'irrigation des cultures de coton OGM est indispensable,

- Les sols s'appauvrissent (se salinisent) et de plus en plus d'engrais est nécessaire,

- Les graines étant stériles et brevetées (plus chères), elles doivent être achetées chaque année.

De plus:

- Les insectes ont développé des résistances et de nouveaux traitements doivent être appliqués. Des recherches de nouvelles variétés de coton OGM sont en cours,

- La qualité du coton OGM produit diminue au fur et à mesure des années.

En conclusion

Tant la culture de coton conventionnel que génétiquement modifié sont sources de pollutions, nuisances et maladies.

Les plus exposés, les agriculteurs sont en outre pris dans une spirale d'investissements permanents et de plus en plus élevés.

Par ailleurs, 70% d'un plant de coton est utilisé comme fourrage et pour produire de l'huile de graine de coton. Les OGM entrent donc directement dans la chaîne alimentaire du bétail et des hommes!

La culture de coton bio- et éco-logique semble plus qu'une alternative envisageable. Elle est le chemin qui doit permettre de retrouver un équilibre avec notre "terre-mère", sans exploitation des ressources naturelles.

Et les vêtements bio dans tout ça

Il ne faut pas pour autant délaisser la culture de coton pour la production de vêtements. En effet, le coton présente de nombreux avantages:

- il provoque des sensations agréables sur la peau,

- il offre une bonne résistance aux frottements,

- il est perméable à l'air et non un isolant thermique,

- il est insensible à la sueur et l'eau savonneuse,

- il ne se charge pas électrostatiquement,

- il n'est pas attaqué par les mites,

- il peut être cuit et est donc particulièrement indiqué pour les vêtements pour bébés, chaussettes, essuies, draps de lit et nappes,

- il ne requiert aucun produit de lessive spécifique et peut être repassé à de très hautes températures.

 

En achetant du coton bio, vous avez la certitude d'acquérir un produit ne contenant pas de matières nuisibles. En outre, les producteurs peuvent s'épanouir dans des conditions de travail plus humaines et sont rémunérés de façon plus équitable. Les prix légèrement plus élevés pour les textiles s'expliquent du fait que le renoncement aux désharbants chimiques exige beaucoup de travail manuel.



Accueil
A propos de
Produits
Documentation
Séminaire et Salon
Pour Commander